Il est possible que vous ne connaissiez pas le parti politique provincial Citoyens au pouvoir mais tout le monde connaît son précédent chef, le syndicaliste Bernard “Rambo” Gauthier qui y avait été nominé, en décembre 2016.

Depuis janvier 2018, c’est l’homme d’affaires Stéphane Blais qui assume la chefferie par intérim, au parti et comme il est CPA, on peut s’attendre à ce que le programme de son parti affiche un volet chiffré plus étoffé, au fil du temps.

Il s’y connaît d’ailleurs très bien en matière de finance et comprend bien le jeu des banques contre le meilleur intérêt de tous les citoyens, notamment via les intérêts qui font exploser notre endettement individuel et collectif.

Pour l’instant, l’emphase est mise sur la campagne électorale provinciale de 2018 et bien que le but ne soit pas de prendre une majorité à l’Assemblée nationale, le but semblerait être de prendre au moins quelques sièges, probablement ceux de la Côte-Nord et du Bas-du-Fleuve où leur programme a le plus de chance de trouver une oreille attentive auprès de l’électorat, probablement en raison de la situation économique plus rude, dans ces régions.

Au moment de publier ce billet, le parti Citoyens au pouvoir n’a pas de candidat pour les 125 circonscriptions du Québec mais ils ont des groupes Facebook où pourront se développer des synergies locales mais dans les faits, l’élection de 2018 arrive vite alors il se pourrait que des candidats ne soient pas trouvés, à temps, pour l’ensemble des circonscriptions, surtout dans la région de Montréal où le parti ne semble pas avoir encore attiré les foules (ce qui nécessaire pour gagner la métropole).

Le parti se veut férocement souverainiste, ce qui devrait plaire à l’électorat traditionnel du Parti Québécois (PQ) et même de Québec solidaire (QS) pour ceux qui veulent la souveraineté sans les dérives socialistes.

Il y a aussi cette approche pro-citoyenne de Stéphane Blais qui devrait plaire aux authentiques Libéraux (ceux qui n’aiment pas les enveloppes brunes, les lobbys d’intérêts privés et les magouilles) ainsi que l’électorat-type de la Coalition avenir Québec (CAQ) qui veut du changement.

Il y a clairement un attrait pour la “masse silencieuse québécoise” à s’intéresser au parti Citoyens au pouvoir, compte tenu qu’il tient un discours cohérent pour l’enrichissement du Québec et des Québécois, dans le respect des réels besoins des électeurs pour un gouvernement qui les sert avec intégrité et efficacité.

Le parti ne donne pas l’impression d’être un parti “traditionnel” et c’est justement pour cette raison qu’un bon nombre de Québécois plus allumés pourraient être tentés de vêoter pour eux, s’il y a un candidat dans leur circonscription, lors de l’élection générale de 2018.

Si ce parti vous intéresse, il y a encore beaucoup d’opportunités de vous impliquer, en tant que bénévole mais aussi, en tant que candidat, si l’expérience d’une campagne électorale vous intéresse, dans votre coin de la province.

Il sera intéressant de voir évoluer ce parti “par le peuple et pour le peuple”, ne serait-ce que pour voir si “le peuple” sait reconnaître un parti qui veut réellement son meilleur intérêt.

Share This